Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tell Es-Sakan a été découvert par hasard, en 1998, suite à la construction d'un immeuble. Ce qu'on en connaît provient uniquement de travaux d'une équipe de sauvetage Franco-Palestinienne, effectués en 1999 et 2000.

Le tell Es-Sakan est un site archéologique palestinien de la bande de Gaza. Il présente une superficie de 5 ha. La séquence archéologique du site, en neuf couches de neuf mètres, couvre la période du bronze ancien de 3300 à 2350 avant notre ère. Deux phases sont distinguées : une occupation égyptienne sur trois niveaux puis une occupation cananéenne pour les six niveaux restants. La ville était entourée d'une fortification qui a été détruite puis reconstruite. La couche de fondation du tell appartient à la culture pré-dynastique Nagada III. La puissance maximale de la ville est à situer vers 2650. Elle est abandonnée vers 2350, comme beaucoup d'autres villes du Levant à cette époque là. Preuve d'une insécurité globale dans cette région vers l'époque de Sargon d'Akkad. L'occupation humaine prend alors le relai sur le tell Es-Ajjul très proche, à partir de 2100 avant notre ère.Une continuité d'utilisation d'un même nom de ville est probable.

Deux lettres d'Amarna évoquent Endaruta, l'homme d'Aksapa, un fidèle du pharaon. Dans EA 366, une proximité avec Akka apparaît puisque Endaruta, l'homme d'Aksapa est venu avec Surata, l'homme d'Akka, au secours de Suwardata, le maire de Qiltu. Les traducteurs en ont conclus qu'Aksappa était la biblique Akshaph. Cette dernière dénomination est confirmée comme étant celle d'un port du fait de la trouvaille de cachets dans les ports phéniciens.

Phonétiquement et géographiquement Es-sakan et Es-Ajjul peuvent être cette cité portuaire.

Voici une communication de M. Pierre de Miroschedj relative à cette fouille :

Communication de M. Pierre de Miroschedj

C'est un site égyptien daté d'avant l'existence de l’Égypte. Ces trouvailles reposent la question de la formation de l’Égypte des pharaons et de l'existence d'un centre de pouvoir initial qui, me semble-t-il, était situé vers le sud de la côte levantine.

 

Des tablettes, retrouvées à la fois en Babylonie et à Ebla, évoquent la conquête d'une ville appelée Akshak du pays d'Upi et une victoire sur Kish par Enshakushana, qui déclare avoir saccagé Kish et capturé Enbi-Eshtar, le roi de Kish.

Je pense que Kish est « Koush », la désignation de l'ouest de la Mer Rouge par les Mésopotamiens.

 

Pourquoi tell Es-Sakan serait-il Akshak ?

  • D'abord phonétiquement, le rapprochement est évident,
  • La ville antique, d'après des tablettes mésopotamiennes, était située dans le pays d'Upi, dont Damas était la capitale vers 1350 avant notre ère (voir l'article précédent),
  • Akshak apparaît, dans les tablettes mésopotamiennes, comme proche de Kish, l'Egypte,
  • Enfin, les séquences archéologiques sont en phase avec les textes traduits.

 

En effet, une tablette de listes des dynasties royales de Mésopotamie fait apparaître une dynastie d'Akshak avec 6 rois qui auraient régné pendant 99 ans, entre deux dynasties de Kish : cela correspond tout à fait aux premières couches du tell, qui montrent que la ville a été Egyptienne.

Dans la chronique Weidner, un des rois d'Akshak est mentionné comme étant contemporain de Kug-baba de Kish, la femme aubergiste, la seule femme qui régna sur tout Sumer, et qui serait contemporaine de la construction des pyramides.

Vers 2450 avant notre ère, Eannatum de Lagash dit avoir repoussé un raid mené par le roi Zuzu d'Akshak, et avoir ensuite détruit Akshak. Et parce qu'Inana l'aimait, Inana donna au maître de Lagash la souveraineté sur Kish. Puis Eannatum confronta Kish, Akshak et Mari depuis l'Antasurra de Ningirsu.

Vers 2350, Akshak est mentionné dans des tablettes trouvées à Ebla : Akshak aurait été entre les mains de Lugalzagesi d'Umma.

Le roi Akkadien Shar-Kali-Sharri, vers 2325, dit avoir défait les Elamites lors d'une bataille à Akshak.

D'après les textes archaïques (dont la liste de temples d'Abu Salabikh), la divinité d'Akshak serait Sîn, le dieu-lune.

Son nom hiéroglyphes égyptiens apparaît être Sakhebou. Cette cité est mentionnée dans le conte du papyrus Westcar qui relate la naissance des trois premiers pharaons d'une nouvelle dynastie. L'épouse du grand prêtre de Rê de Sakhebou, reçut la visite du dieu qui conçut avec elle la prochaine lignée de pharaons.

 

Pour l'explication sur les couleurs de textes, cliquer ici.

Pour une version en anglais, cliquer ici.

Mes notes de vraisemblance :

La ville d'Akshak du pays d'Upi était Tell Es-Sakan : 3/5

Tag(s) : #Site du Levant, #Pays d'Upi, #Empire d'Egypte

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :