Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ce blog ambitionne d'être un répertoire des sites antiques de l'âge du bronze, fouillés ou non, et des toponymes ou désignations rencontrées dans les plus anciens écrits.

Il cible surtout la recherche des noms des villes de cette époque.

A l'origine, cette démarche s'est effectuée par des spécialistes de la langue des écrits retrouvés, qui, bien évidemment, par des synthèses avec d'autres textes, en ont établis des déductions et des identifications qui, pour la plupart, sont maintenant admises par la communauté des historiens.

 

Mais, quelques fois, le manque de trouvailles écrites a abouti à des identifications incertaines qui reposent surtout sur l'histoire admise, au moment de la découverte, pour la région donnée, en faisant, malheureusement bien souvent, des hypothèses quant aux distances des déplacements des hommes de l'antiquité. La recherche d'une ville antique mentionnée dans un texte donné s'est surtout opérée en considérant que cette dernière n'était pas éloignée du lieu de trouvaille du texte.

 

Dans les régions multilingues, des rapprochements récents ont pu être faits et ont permis des avancées spectaculaires sur l'histoire antique, notamment en Syrie-Anatolie, comblant ainsi, en partie, un manque de concertations entre spécialistes des différentes régions antiques (Mésopotamie, Égypte, Levant, Anatolie).

 

Lorsque de nouvelles tablettes sont découvertes et traduites, l'ajustement de l'histoire environnante met du temps à s'opérer .. ou ne se fait pas …. je trouve que c'est le cas des récentes exhumations d'Ebla.

 

Ces constats m'ont amené à évaluer la vraisemblance des rapprochements communément admis, et à faire d'autres propositions qui me semblent plus en phase avec les constats des fouilles archéologiques. Dans ce cas, afin de faire une distinction claire entre le consensus et ma proposition, j'ai choisi de faire apparaître mes arguments avec une mise en forme de texte spécifique définie par la légende ci-dessous.

 

Ainsi, je développe, dans ce blog des propositions sur des sites isolés non formellement identifiés. Dans ce cas le texte est en caractères bleus. Et des alternatives sur des groupes de villes, notamment :

1. Une approche autre que la « toponymie en miroir » issue des textes du Tel Hariri, l'ancienne Mari, aboutissant à faire apparaître de nouvelles identifications en trois zones géographiques :

  • l'Idamaras (voir la page justificative ici) ;

  • le Numha (voir la page justificative ici) ;

  • le Yamutbal (voir la page justificative ici).

2. Des identifications autour du lac d'Ourmia, en s'appuyant surtout sur la 8e campagne de Sargon II (voir la page justificative ici).

3. Une alternative sur les pays d'Akshak, d'Upi, Kish et de Lagash issus des tablettes de Tellô (voir la page justificative ici).

4. Vers l'an 2000 avant J.C., l'utilisation de bateaux le long des côtes anatoliennes pour le transport des marchandises assyriennes, à la fin du comptoir de Kanès (4.1. Le passage étroit, appelé aussi « Sukinnu Route » , m'apparaît vers l'ouest de l'Anatolie et non vers l'Est; 4.2. Certains toponymes des lettres d'Amarna me semblent sur cette côte, voir ici; Le pays appelés Amurru / Mira, Mukis ou Muski s'étendaient au sud de l'Anatolie ; 4.4 L'archéologie confirme des déplacements humains sur de longues distances avec les porteurs de torques, voir ici).

5. Une alternative quant au positionnement des noms des villes issus des livres des morts de l’Égypte des pharaons.

Bob Gastineau

Pour une version en anglais, cliquer ici.

Partager cette page

Repost 0