Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la vallée de Beth Shean, le long du Jourdain, se trouvent deux tells à 5 km l'un de l'autre : Tell es-Sarem et Beth Shéan.

Ce dernier site a été appelé Scythopolis par l'écrivain juif Flavius Josèphe, alors que Pline l'Ancien le désignait Nysa. Beth Shéan a été habitée sans interruption depuis l'époque chalcolithique jusqu'à aujourd'hui.

Des fouilles archéologiques y furent conduites :

  • entre 1921 et 1933, par l'Université de Pennsylvanie sous les directions de C. S. Fisher, A. Rowe, et G. M. FitzGerald ;

  • En 1980, par Yadin Geva ;

  • entre 1989 et 1996, par the Hebrew University, sous la direction d'Amihai Mazar.

Pour en savoir plus, en Français :

Des stèles de tailles monumentales comprenant des inscriptions des règnes de Seti I et de Ramsès II y furent trouvées. Elles sont entreposées à Jérusalem, au musée de Rockefeller. Notamment, il faut remarquer une statue taille-réelle de Ramsès III.

Les archéologues en ont déduit que Beth-Shean fut le centre de domination égyptien durant la deuxième partie du Nouvel Empire, alors qu'auparavant c'était plutôt Sumur qui avait ce rôle. On peut comprendre pourquoi : cette dernière ville était dans le pays d'Amurru et semble avoir été complètement détruite sous Akhenaton.

 

Tell es-Sarem est un très grand tell. Sa surface est d'environ 100 000 m2.

De 1997 à 2003, des fouilles archéologiques y ont été menées sous la conduite d'Amihai Mazar, de l'Université hébraïque de Jérusalem. Comme celui de Beth-Shean, le tell a été occupé sans interruption depuis le bronze ancien. Des restes d'un mur de 9,5 m de large montrent une fortification massive autour de la ville, dès le bronze ancien.

Les fouilles ont permis d'exhumer une stèle qui décrit une révolte de cités (Pehel, Hamat et Yenoam) contre le pharaon Séti Ier : elle indique que Rehov ne s'est pas associée à cet événement. Aussi Rehov a été proposé comme étant le nom ancien de cette ville. Dans les lettres de Taanach, Rehov a été considéré comme étant la ville au nom de « Rahabu ».

Cet argument est mince pour dire que Tell es-Sarem est la cité antique de Rehov : les stèles et les statues semblent avoir abondamment été déplacées vers cette époque au gré des razzias effectuées sur les villes. Le quartier de « Rehavia » de Jérusalem peut tout aussi bien correspondre. De plus, dans les lettres de Taanach, Rehov a été considéré comme étant la ville au nom de « Rahabu ».

La lettre I18 de Mari évoque un toponyme « Bit Sirim ». Phonétiquement, ce nom m'apparaît plus valable pour le tell es-Sarem à l'âge du bronze ancien.

Peut-être aussi que cette ville a eut deux noms différents au cours du temps et des différentes occupations.

Quant à Beth Shean, l'appellation de Bit-Sani me semble plus probable en avançant le seul argument phonétique : dans les lettres d'Amarna de l'époque d'Akhénaton, une ville est mentionnée dans la lettre EA289 sous le nom de Bit-sani.

 

Mes notes de vraisemblance :

Beth Shean était la ville désignée «Bit-Sani» dans lettres d'Amarna : 4/5

Tell es-Sarem était la ville désignée «Bit-Sirim», en Akkadien : 3/5

Tell es-Sarem était la ville désignée «Rehov» ou « Rahabu » : 2/5

Tag(s) : #Site du Levant, #Pays d'Upi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :