Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons le témoignage d'un jésuite, Claude Sicard, qui visita le site d'El Ashmounein le 8 novembre 1714 : « Achemounain n’est à présent qu’un bourg, mais les vastes ruines d’un grand nombre de palais, dont on voit encore les marbres et les colonnes de granit, marquent assez son ancienne splendeur. Après avoir parcouru les débris de plusieurs de ces palais, je fus frappé de loin par la majesté d’un portique à douze colonnes. J’en approchai de plus près ; je trouvai le travail magnifique, délicat et si entier que, quoique la construction ait été faite pendant les règnes des pharaons et avant la conquête de Cambyse, roi des Perses, il semble cependant que les ouvriers ne viennent que de le finir. »

Environ un siècle plus tard, d'autres voyageurs à Achmouneyn, déjà connue pour être la grecque Hermopolis Magna, ont constaté la disparition des ruines.

Des recherches archéologiques y ont été effectuées. Notamment au niveau du tell d'Hermopolis qui couvre une superficie de près de deux kilomètres carrés. Il montre une occupation continue depuis la première période intermédiaire.

Deux temples ont fait l'objet de recherches plus approfondies :

  • Un Temple de Domitien : il y a été découvert différentes inscriptions de Nehemetaouy, une épouse de Thot, dame de Khmunu dans le milieu d'Unu. Il s'agissait probablement de blocs de réemploi d'une temple dédié à cette déesse sous Nectanebo I.

  • Un temple du Nouvel Empire qui était dédié à Thot : L'archéologue déclare avoir trouvé une mention écrite du “Seigneur des Eshmoun”.

Cette dernière dénomination se rapproche davantage du dieu phénicien “Echmoun” que de Khemenu. Au musée du Louvre, on peut aussi voir un sarcophage en bois de Pasherienaset évoquant le même “Thot de Ashmunein”. La prononciation populaire du nom de cette ville semble ne pas avoir variée avec le temps.

El Bersheh, tout proche, est considéré comme étant une nécropole de Khemenu.

Petosiris, à Tuna el-Gebel non loin aussi, nous a laissé une très grande tombe avec une autobiographie qui nous informe qu'il était originaire de cette ville : “Je suis dans les eaux du seigneur de Khmun depuis ma naissance, j'ai tous ses plans dans mon coeur. Il m'a choisi pour administrer son temple, car il sait combien je le respect dans mon coeur. J'ai passé sept ans en tant qu'administrateur de ce dieu”.

Ashurbanipal, au 7e siècle avant J.-C., mentionne un roi local appelé Lamintu (Nimlot) de Humuni, qui est majoritairement admis comme étant un roi de Khemenou, Hermopolis Magna, qui était la capitale du 15e nome de Haute-Égypte, le nome du Lièvre ou de la Hase.

Aussi, la ville moderne de El Ashmounein, en Copte « Shmounein », située en Moyenne-Égypte à 300 km au sud du Caire, aux confins de la Thébaïde, loin du Nil, près du canal nommé aujourd'hui Bahr-el-Yousouf, est considérée comme étant une des nombreuses villes au nom de Khemenou, la ville des huit, appelée Hermopolis par les grecs qui ont reconnu en Thot leur dieu Hermès.

Pour l'explication sur les couleurs de textes, cliquer ici.

Pour une version en anglais, cliquer ici.

Mes notes de vraisemblance :

Ashmounein avait déjà ce nom au Nouvel Empire égyptien : 5/5

El Ashmounein était désignée “Khemenou” dans les textes hiéroglyphiques : 3/5

El Ashmunein était appelé “Hermopolis Magna” par les Grecs : 3/5

Tag(s) : #Empire d'Egypte, #Pays de Haute Egypte

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :