Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est probable que la région d'Ourmia s'appelait province d'Armariali dans les annales de la 8e campagne de Sargon II publiées par Thureau-Dangin en 1912 : « Des villes fortes de Sangibutu je partis, à la province d'Armarili j'arrivai. Bubuzi, la forteresse ; Hundur, qui de deux murs était enceinte et où à chaque entrée une tour était solidement construite ; Aalê, Sinispalâ, Siniunak, Arna, Sarniî, 7 villes fortes, avec 30 villages environnants, situés au pied des monts Ubianda ».

Pour atteindre cette région, Sargon II a traversé les montagnes du Zagros vers Bukan, après une excursion vers le sud au-delà des montagnes, il a fait demi-tour vers l'est du lac d'Ourmia, pour rejoindre les villes d'Usqaia et de Tarmakisa, puis le nord du lac vers Sangibutu avant de revenir vers l'ouest du lac.

Armarili est probablement orthographié « Urmeate » dans les annales d'Ashurbanipal et Aramale dans une inscription de Shalmaneser II du 11e siècle avant notre ère : ce dernier venant d'Arzashku, la première capitale d'Urartu, s'est rendu dans le pays d'Eritia et s'est dirigé vers Aramale, puis la ville de Zanzuina avant de rejoindre la mer de Nairi, qui est le lac d'Ourmia.

C'est surtout la proximité phonétique et la vraisemblance géographique des campagnes militaires de Shalmaneser II et de Sargon II qui justifient cette hypothèse. Aucune fouille archéologique ne vient l'appuyer.

 

Pour une version en anglais, cliquer ici.

Pour l'explication sur les couleurs de textes, cliquer ici.

Tag(s) : #Site du Golf Persique, #Pays d'Assyrie, #Pays d'Urartu

Partager cet article

Repost 0